[]

Huahine la sauvage

18 novembre 2017, par Emeline

Huahine est une île « sous le vent » de l’archipel de la Société (qui comprend également Tahiti, Moorea, Bora Bora, Maupiti, Raiatea et Taaha). Huahine est composée de deux îles séparées par un isthme étroit, Huahine Nui la grande, et Huahine Iti la petite. Un peu plus vieilles que les Îles du Vent, mais un peu plus jeunes que les Tuamotus, les Îles sous le Vent sont presque des atolls. Elles comprennent une île haute qui s’enfonce peu à peu, entourée d’un récif-barrière, et possèdent donc aussi bien les avantages des Marquises avec profusion de fruits et de verdure, que des Tuamotus avec des lagons turquoises riches en coraux … Encore un paradis à découvrir …

C’est ce que nous faisons dès notre arrivée à Huahine, qui marque l’esprit par son caractère sauvage et préservé. L’île abrite de nombreux marae, qui sont des lieux de culte traditionnels en pierre. Souvent situés à l’ombre des banians sacrés, les marae ont le plus souvent la forme de terrasses carrées ou rectangulaires, et sont constitués de dalles de coraux et de basalte. Des terrasses successives étaient parfois construites pour les chefs et prêtres, et des « pierres dressées », qui ne sont pas sans nous rappeler les menhirs bretons, placées a des endroits bien spécifiques.
Dans ces sanctuaires, le clan célébraient ses rites : invocation des dieux, intronisation des chefs, célébrations des naissances et des morts, présentations des offrandes et sacrifices humains.


A Huahine nous découvrons avec Nathalie les secrets de fabrique des paréos. En toile de coton très légère pour avoir plus de fraîcheur, les paréos sont quotidiennement portés par les vahiné polynésiennes, en robes, en jupes, nouées de milles manières et toujours accompagnés d’une fleur de tiaré à l’oreille. Oreille gauche, ton cœur est déjà pris, oreille droite, il est à prendre !
La toile de coton est tendue sur un cadre en bois, puis l’artisan vient dessiner les contours de son œuvre avec un liquide contenant du caoutchouc. La couleur diluée à l’eau qui est ensuite appliquée au pinceau sera limitée dans ces traits, créant de magnifiques dessins aux couleurs vives. Il ne reste plus qu’à laisser sécher au soleil puis fixer les couleurs, avant de pouvoir fièrement porter son paréo …


Nous admirons également les parcs à poissons situés dans le lagon à l’est de Huahine qui sont faits de pierres, ainsi que la végétation luxuriante. Les habitants de Huahine nous offrent des régimes de bananes, que nous avons du mal à écouler car nous ne sommes plus habitués a autant d’abondance … (et les bananes ont la mauvaise habitude de mûrir d’un coup !)


Pour terminer notre séjour à Huahine et retarder notre départ, Thaïs nous offre une grosse frayeur. En tombant la tête la première à travers un hublot elle s’ouvre le front jusqu’à l’os, ce qui nous vaut une petite visite aux urgences et des frissons en imaginant un accident pareil en mer …

Répondre à cet article



    Mentions légales