[]

Les travaux

25 avril 2016, par Michaël

Nous avons acheté Hent-Eon en décembre 2012 à Perros-Guirec. Un des critères lors du choix du bateau était qu’il puisse naviguer, pour pouvoir nous faire une idée de ses performances avant le grand départ et changer facilement de port. Nous avons tout de même souhaité moderniser Hent-Eon, le rendre agréable à vivre et plus sûr pour notre petite famille. Nous avons apporté une attention particulière au gréement, aux voiles et à l’accastillage de pont ainsi qu’à la propulsion mécanique. Hent-Eon étant un voilier en acier, nous avons également inspecté avec soin la coque à l’intérieur et à l’extérieur.

Tous les travaux ont été réalisés par nos soins. Deux exceptions tout de même : le changement du gréement dormant et quelques-unes des révisions du moteur. Nous n’avons pas de formation technique dans le domaine de l’artisanat ou de la construction navale, mais nous avons lu, trié les bons conseils, usé de bon sens et nous nous sommes ainsi construit notre propre expérience.

Le bricolage n’est pas la passion d’Émeline mais elle s’est débrouillée comme une pro. Elle a passé autant de temps que moi à imaginer, meuler, scier, visser, assembler, poncer, résiner et peindre, au grand étonnement des voisins de ponton d’une autre génération pour qui la plaisance reste une affaire de mecs ... Elle m’a moi-même un peu épaté car la patience est loin d’être sa première qualité ! Parmi ses chefs-d’œuvre il faut mentionner notre superbe capote de roof, qu’elle a conçue et réalisée avec l’aide de Domitille. Il leur aura fallu un bon mois de travail à temps plein et une bonne dose de savoir-faire ... L’étape d’imperméabilisation du bois à d’ailleurs valu à Emeline quelques « confusions mentales ». Vous comprendrez de quoi je parle si vous recherchez les effets sur la santé du xylène sur internet ! Nous avons résolu son problème en lui achetant de nouvelles cartouches pour son masque de protection respiratoire.

Il y a aussi le lit de la suite des propriétaires : le vieux lit de mousse sur des planches de bois mal ajustées s’est transformé en un vrai matelas sur sommier à lattes. Le résultat est parfait, on y dort mieux qu’à la maison !

De mon côté, même si la rénovation d’Hent-Eon a toujours été un plaisir, il y a eu quelques travaux pénibles et fastidieux comme se débarrasser de la rouille. Mais grâce à eux nous avons pu faire connaissance avec les voisins de ponton et les ophtalmos des urgences de Brest ... Au début, nous y sommes allés un peu trop gaiement sur la meuleuse, et en plus de mettre de la limaille sur les bateaux des voisins, j’ai pour ma part réussi à m’en mettre dans les yeux… Nous avons dû nettoyer les bateaux voisins qui avec la rosée du matin c’était recouvert de point rouge, et j’ai passé plusieurs heures aux urgences, perdant le temps précieux que nous pouvions consacrer à Hent-Eon… Depuis, Emeline a jeté l’éponge sur la rouille (c’est vraiment pas un boulot marrant), et moi j’ai développé une nouvelle technique pour s’en débarrasser de façon plus sûre pour mes yeux et les bateaux des voisins : j’utilise un outil multifonction à la manière d’un marteau à aiguille peu onéreux, très efficace et qui réduit les pertes de matière. Le travail de la multifonction est complété par l’action d’un petit forêt cassé monté sur une perceuse. Dans les cas où la meuleuse doit être utilisée, je fais une tente à l’aide d’une bâche sur la partie à découper, je me glisse dessous avec ma meuleuse et un aspirateur et je peux y aller sans problème (avec des lunettes et un masque bien sûr). En plus d’être propre, c’est une technique très efficace pour perdre du poids quand le soleil chauffe la bâche !


Les hublots remplacés, le bateau est parfaitement étanche et un déshumidificateur permet de conserver une atmosphère très saine à l’intérieur, malgré la pluie hivernale du nord Finistère. Nous avons cependant décidé de le stopper depuis de janvier 2016, car une vedette de la marina du Moulin blanc est partie en fumée à cause de son déshumidificateur ... Nous ne voulions pas tenter le diable si proche du départ ...

Nous avons démonté tous les aménagements intérieurs, repeint la coque et refait l’isolation pour rendre le carré agréable sous la chaleur des tropiques, et éviter l’effet boite de conserve des coques acier. Ensuite nous avons remonté certains aménagements, et nous en avons imaginé d’autres. Notre intérieur ressemble maintenant à un bateau-loft, c’est sympa et ça change des aménagements habituels des voiliers ...

Dans notre appartement brestois j’ai aussi réalisé les essais de réception BLU. Je n’y ai pas cru la première fois lorsque les « titi ti tititititi titi ti titi » se sont transformés en une image de la carte météo du jour … Reste plus qu’à savoir l’interpréter correctement ! J’ai aussi fait les essais de communication entre les différents instruments de navigation : GPS, VHF, AIS, pilote automatique et ordinateur. Tous ces instruments sont reliés entre eux et s’échangent des informations. Lors de leur remontage à bord, un nouveau miracle c’est produit : la communication entre les instruments fonctionnait encore…

En ce qui concerne l’accastillage, nous avons tous les deux beaucoup apprécié les journées consacrées à leur rénovation. Nettoyer, graisser et huiler les winchs, débloquer les poulies, faire des épissures, changer des drisses, c’est déjà un peu naviguer ... Nous n’avons pas modifié de façon significative le plan de l’accastillage de pont car Hent-Eon était déjà conçu pour la navigation en solitaire ou en équipage réduit. Habitué à naviguer sur des voiliers de série, j’apprécie les manœuvres de grand-voile au pied de mât. Il n’y a pas de renvoi de drisse ni de bosse de ris au piano. Il suffit donc de choquer la GV avant de partir au pied de mat et ensuite tout peut y être fait : hisser, étarquer et affaler la GV, prendre un ris, le relâcher. Nous avons maintenant hâte de profiter de notre accastillage huilé aux petits oignons ...

Répondre à cet article



    Mentions légales