[]

Le vent dans les voiles

9 janvier 2017, par Michaël

La propulsion principale de Hent-Eon, ce sont ses voiles. Pour se faire une idée de la puissance qu’elles peuvent développer, on peut dire qu’elles nous permettent d’atteindre des vitesses de 7 nœuds lorsque le vent est bien établi et assez fort, alors que notre moteur de 33 chevaux ne nous permet d’avancer qu’à 5 nœuds lorsqu’il n’y a ni trop de vent ni trop de mer.

Les voiles fonctionnent de deux façons : en portance ou en poussée.

Elles travaillent en portance lorsque le voilier remonte au vent sur les allures allant du près au travers. A ces allures, les voiles fonctionnent comme une aile d’avion. Elles dévient les flux d’air tout en les gardant laminaires, ce qui engendre une accélération sur l’extérieur de la voile. Du fait de la conservation de la masse, cette accélération produit également une dépression : le bateau est ainsi aspiré vers l’avant, tout comme l’avion est aspiré vers le haut. C’est la magie de la thermodynamique ! Sans ce phénomène un voilier ne pourrait pas plus remonter au vent qu’un avion ne pourrait voler.
Les voiles travaillent en poussée lorsque le voilier est au portant, pour des allures allant du travers au vent arrière. Le vent s’engouffre dans les voiles et le pousse vers l’avant.

Pour que le voilier avance, il faut que les voiles soient bien réglées.

Le premier réglage est réalisé grâce aux écoutes qui permettent de border ou choquer les voiles.
En portance, les écoutes sont réglées à la limite du fasseyement, c’est à dire que si l’écoute est légèrement choquée, l’avant de la voile dévente. On peut savoir si les voiles sont bien réglées lorsque les penons fixés à l’intérieur et à l’extérieur sont alignés et horizontaux. Le flux d’air est bien laminaire.
En poussée, le réglage nécessite une moins grande précision. Il s’agit cette fois d’exposer la plus grande surface possible de voile au vent. A ces allures, la grand voile est choquée en grand et la voile d’avant suffisamment choquée pour que le point d’écoute monte et descende lentement. Le bon réglage est trouvé lorsque la vitesse du bateau atteint son maximum. (Certaines voiles de portant comme le spinnaker fonctionnent partiellement en laminaire.)

D’autres paramètres permettent d’affiner le réglage des voiles : la position du chariot d’écoute sert au vrillage de la voile, les drisses avancent ou reculent le creux de la voile, et la bosse d’empointure creuse plus ou moins la grand voile.

Les configurations de voiles préférées du gabier

Hent-Eon est gréé en sloop : un mat avec une voile d’avant sur un étai, une grand voile et un pataras. Il est également doté d’un deuxième étai largable, et de bastaques. Il peut donc être gréé en cotre.

Depuis que nous naviguons au long cours, nous gréons souvent notre voilier en cotre. Cela nous permet de gagner quelques dixièmes de nœuds qui font la différence sur les grandes traversées. Ainsi lorsque nous sommes grand largue, nous naviguons avec la grand voile et le génois tangonné, et nous rajoutons la trinquette, qui reste étonnamment bien gonflée, derrière la grand voile (merci Joël pour l’idée) :

Si nous partons pour une grande navigation, comme nous l’avons fait sur la transat, nous prenons le temps de hisser le deuxième génois. Avec les 2 génois en ciseaux et le génois au vent tangonné (nous n’avons pour l’instant qu’un seul tangon, mais dès que nous en aurons un deuxième cela sera encore plus facile), Hent-Eon est propulsé en avant, comme on peut le voir sur la photo de couverture de cet article.

Au bon plein, nous ajoutons dès que possible la trinquette en plus du génois :

Répondre à cet article



3 Messages

  • Le vent dans les voiles Le 10 janvier 2017 , par papirègne

    que d’eau que d’eau tout autour du bateau et ses belles voiles bien réglées ... et ça marche : bravo !

    Répondre à ce message

    • Le vent dans les voiles Le 17 janvier 2017 , par Fanny

      Coucou Michaël, Emeline, Adélaïde et Taïs,

      Nous n’avons pas encore eu le plaisir de rencontrer tout votre équipage et ça fait plusieurs années que nous n’avons pas revu Michaël mais une occasion se profile peut être à l’horizon.
      Nous serons en Guadeloupe du 29 janvier au 10 février. Avez-vous prévu d’y faire une escale ? Pourrait-on se retrouver autour d’un verre de rhum ?

      Bisous et merci de nous faire rêver avec votre blog

      Fanny, Eric et Judikael de Strasbourg

      Répondre à ce message

      • Le vent dans les voiles Le 26 janvier 2017 , par Emeline

        Hello les strasbourgeois ! merci pour votre petit message que nous découvrons avec un peu de retard, on était assez pris ces derniers temps ... on vous répond par mail pour la Guadeloupe !
        Gros bisous de tout l’équipage

        Répondre à ce message

    Mentions légales